Au pays des maladies

Mon Etat Sauvage, s’appelle parfois le pays des maladies, je commence ma petite chanson:

« ya le mildiou sur les tomates
le verticillium sur les cotinus
la moniliose sur les pommes

Et le marsonia sur les rosiers! »

Je me rends compte que l’année dernière le jardin avait plutôt été épargné, seul un rosier était réellement atteint par le Marsonia. Cette année avec l’humidité et le manque de temps pour traiter tout ce petit monde, ça a été la fiesta pour le Marsonia!

Le rosier Valchlea en a fait largement les frais, je l’avais déplacé à l’automne, il avait tout de même gardé certaines feuilles pendant l’hiver doux. Au printemps, ces vieilles feuilles ont de suite développé la maladie et les jeunes feuilles ont pris la suite. Le rosier ne ressemblait plus à rien, j’avais alors pris le taureau par les cornes en faisant une bonne taille et enlevant toutes les feuilles malades. Un mois après j’obtenais ceci :

rosier Valchlea
rosier Valchlea

La joie d’être débarrassée du Marsonia fût de courte durée, un mois plus tard je me retrouvais encore une fois totalement dépassée. Mais il est où, mais il est où le rosier Valchlea, lala lalala la?

rosier Valchlea
rosier Valchlea

Comme je vous disais l’année dernière c’était pourtant le plus beau, il n’avait eu aucun problème (voir ici)

J’ai donc décidé de vous montrer les rosiers remontants qui résistent cette année aux conditions extrêmes de mon jardin  (non je n’exagère jamais! 😉 )

Il y a le rosier Parfum d’Orleans, déplacé lui aussi à l’automne, il me fait actuellement une magnifique floraison.

Rosier Parfum d'Orléans
Rosier Parfum d’Orléans
Rosier Parfum d'Orléans
Rosier Parfum d’Orléans

Le jeune rosier Apple Jack

Rosier Apple Jack
Rosier Apple Jack
Rosier Apple Jack
Rosier Apple Jack

Encore un jeune rosier, le rosier Blue Eyes, ici en tout début d’été. Mais est-ce parce qu’ils sont jeunes qu’ils résistent mieux? Je vous dirais ça l’année prochaine…

Rosier Blue Eyes
Rosier Blue Eyes

Encore un p’tit jeune

rosier The Lark Ascending
rosier The Lark Ascending

Le rosier Diamant

Rosier Diamant
Rosier Diamant

Et enfin le rosier Tukela (ici dans le feuillage d’une sauge)

Rosier Tukela
Rosier Tukela

Ha attendez, il me semble bien qu’il y a aussi le rosier Martine Guillot qui résiste aussi vaillamment .

rosier Martine Guillot
rosier Martine Guillot

Sur tous ces rosiers, seul le premier est « un ancien » (plus d’un an), difficile donc pour l’instant d’être sûr à 100% de leur résistance.

Il faut que je me dise que l’année prochaine je ferais mieux, je traiterais à temps, je prendrais plus le temps d’enlever les feuilles malades avant la propagation, enfin j’espère!

 

7 commentaires

  1. Anne, tes roses sont fort belles. Le marsonia m’a beaucoup découragée l’an passé et j’étais prête à arrêter la culture des rosiers. Un essai de modification de leur culture à savoir décaissement, amendement +++ et paillage les a beaucoup améliorés cette année. Je pense donc que malgré ma terre peu propice, il suffit d’un bon fumier décomposé et un bon paillage (cosses de sarrasin pour moi), éventuellement un peu d’engrais (je n’en mets pas par conviction) et le tour est joué. Les années passées, j’ai fait comme toi, j’ai enlevé toutes les feuilles malades que j’ai brûlées mais rien n’y a fait, c’est du travail fastidieux inutile. Allez courage ! tu as une terre bien meilleure que la mienne, cela devrait marcher. Bises

  2. Je fais le même constat cette année, le marsonia a fait beaucoup de dégâts et je me dis qu’il va falloir que je traite si je veux conserver mes rosiers, certains ont vraiment soufferts. Et c’est bien la première fois, la pluie et le froid d’août y sont sûrement pour quelques choses. Quand je vois le commentaire de Chantal, je devrais procéder ainsi car je ne suis pas pour les traitements chimiques que je n’utilise jamais, je veux un jardin naturel.

  3. Si ça peut te consoler ( ou non) c’était la fête du marsonia chez moi aussi malgré purin de prêle, ramassage de feuilles etc… :roll: même sur les jeunes rosiers. Au moins tu en as qui ont résisté vaillamment et ils sont très beaux.
    Allez courage,on y croit pour l’année prochaine !

  4. verticillium… Tu mets un nom sur les branches de mon cotinus qui sèchent sans raison apparente, sans pour autant qu’il soit vraiment en danger, ça lui arrive presque tous les ans en fin de saison. Quant aux rosiers, leurs maladies m’ont longtemps beaucoup agacée mais j’en ai pris mon parti à présent, je crois que c’est quasi inévitable… Bien les nourrir et pailler le sol aide beaucoup, c’est vrai. Mais il ne faut surtout pas les laisser tout seuls, ils seront bien plus beaux, même avec quelques feuilles en moins, s’ils sont bien entourés. Quelques geraniums vivaces, des gauras, des cosmos, des agastaches, des érigerons et bien d’autres les mettront en valeur tout en masquant leur pied dégarni.

  5. Alors là je te rassure je doute qu’un seul jardin de France ou de Belgique ou d’ailleurs n’ait pu résister au marsonia cette année (enfin sans mettre deux tonnes de produits chimiques) chez moi ça a été une année horrible ! Mais anglais on été moches de chez moches, pas une feuille n’a résister…. mes polyanthas… je n’ose même pas mettre de photo… même Knirps avec son adr a été touché ! moins certes mais quand même…
    Je crois que bien nourrir, tailler et puriner (oui je sais ça n’existe pas ce mot) restent nos seuls options et après prier pour un prochain été moins pourri…
    Ena ttendant ton Lark Ascending est sublime :) ainsi que Parfum d’Orléans… je le note je le note :p
    Bon weekend
    Lydie

  6. Si un jardin a été épargné par le marsonia cette année, qu’il parle maintenant ou se taise à jamais!… Personne??? Ah tu vois! T’es pas la seule!
    Il faut espérer un vrai hiver froid et puis un vrai bel été pour l’an prochain!

Laisser un commentaire

Navigation